Résister à l’Est et à l’Ouest (21 mai – 4 juin 1940)

La bataille de Dunkerque ne doit pas occulter les nombreux combats qui ont lieu dans la Somme et les Ardennes où les Alliés cherchent à stabiliser le front et desserrer l’étau qui pèse au nord.

Tableau 1 – Contenir l’ennemi (21 mai – 4 juin 1940)

Contenir l’ennemiEffectifsPourcentages
Somme1 62011,1
Ardennes1 3639,4
Meuse5994,1
Aisne4663,2
Oise4453,1
Marne3322,3
Moselle2121,5
Meurthe et Moselle690,5
Alsace (Bas Rhin-Haut Rhin)640,4
Normandie550,4
Vosges150,1
Belfort70
Contenir l’ennemi (inconnu)1380,9
Total Contenir l’ennemi5 38536,9
Source : SGA-Mémoire des Hommes/Claude Dupuy

Dans les Ardennes, les soldats français tiennent le front dans le secteur de Stonne-Les Grandes Armoises-Rethel. Ils menacent l’arrière garde de Guderian et empêchent les Allemands de prendre la ligne Maginot à revers. Le 23 mai, les Allemands tentent de réduire cette opposition mais leur offensive est repoussée notamment par le 6e Régiment de spahis algériens, le 4e Régiment de spahis marocains et les tirailleurs sénégalais du 5e RICMS. Sur le canal des Ardennes, des combats importants ont également lieu. Les Allemands sont repoussés par le 16e Régiment de chasseurs à pied et le 1e Régiment de hussards appuyés par la cavalerie (6e, 93e GRDI, 14e GRCA) et le 49e Bataillon de chars de combat.

Le 23 mai, le long de la Meuse, dans les secteurs de Beaumont-sur-Argonne et de Sommauthe-la-Besace, des combats violents opposent les soldats de la 1ère Division d’infanterie coloniale aux troupes allemandes. Ces affrontements sont particulièrement meurtriers pour les tirailleurs sénégalais.

Sur la Somme, l’objectif est d’empêcher que les Allemands mettent en place des têtes de pont et de sécuriser les ponts. La Somme devient ainsi le dernier verrou avant Paris et un enjeu stratégique majeur. D’intenses combats ont lieu autour de Péronne à la fin du moi de mai. Les soldats de la 2e Division cuirassée et du 117e Régiment d’infanterie repousse les Allemands sur l’autre rive le 25 mai.

Le verrou d’Amiens

Durant cette période, la ville d’Amiens devient une zone stratégique majeure. Des bombardements destructeurs ont lieu sur la ville et le 20 mai, la 1ère Panzerdivision fait son entrée dans la ville.

Le 27 mai, la 7e Division d’infanterie coloniale tente de reprendre la ville d’Amiens sans succès et perd plus de 20 % de ses effectifs. Sans soutien aérien et presque sans artillerie, ils sont décimés par une armée allemande qui a consolidé ses positions. Dans l’arrondissement d’Amiens, 649 soldats d’Afrique de l’Ouest sont tués, et, selon les témoignages, la moitié sont exécutés.

La bataille d’Abbeville

Le 27 mai, les alliés attaquent la ville d’Abbeville, détruite par des bombardements le 20, afin de récupérer un axe stratégique sur la Manche. La bataille d’Abbeville a été l’une des plus difficiles de la campagne de France. Une première attaque est menée le 27 mai par les Britanniques accompagnés de chars légers français. Elle se solde cependant par un échec et 120 chars sur 180 sont détruits. Le 28 mai, la 4e DCR du général de Gaulle est engagée pour attaquer la tête de pont d’Abbeville (autour de Huppy, Huchenneville et de Caumont). Après cette percée, la réorganisation de l’armée allemande fait échouer les tentatives suivantes et met fin aux espoirs de de briser l’étau de Dunkerque.

Les combats dans l’Est

A la fin du mois de mai, les Allemands décident d’attaquer la ligne Maginot sur la Sarre, son point faible après des mouvements de troupes vers les Ardennes. Ils attaquent près de Sarralbe et prennent les villages de Louperhouse, Henriville et Marienthall le 2 juin.

Tableau 2 – Les pertes par zones de combat (arrondissements) (21 mai-5 juin)

ArrondissementsEffectifsPourcentages
Amiens83716
Vouziers73414
Verdun53310
Sedan4558
Abbeville4098
Péronne2955
Châlons-en-Champagne2114
Beauvais2034
Laon1984
Soissons1222
Rethel1202
Total 10 premiers arrondissements4 11776
Total 5 385100
Source : SGA-Mémoire des Hommes/Claude Dupuy

Photo : 4th Battalion Border Regiment on the Somme Front, May 1940: Soldiers of the 4th Battalion, Border Regiment take up defensive positions by the roadside. Imperial War Museum, Author : Keating G (Capt), War official photographer. Public Domain. IWM Non Commercial Licence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s