Chronologie des combats et des pertes

La carte ci-dessus montre l’intensité des combats de la campagne de France. De la Belgique et la Hollande, au cœur de la France, une grande vague submerge l’armée française en 45 jours, laquelle pourtant ne baisse pas les bras. Au total, 57 202 soldats tombés au combat entre le 10 mai et le 25 juin 1940 ont pu être géolocalisés.

L’offensive éclair allemande (10 mai – 20 mai 1940) débute le 10 mai par l’invasion de la Belgique, puis la percée de Sedan et se termine par l’arrivée des chars de Guderian sur la Manche, à Noyelles-sur-Mer. Les Allemands séparent les armées du nord du reste de l’armée alliée. Ils coupent aussi les flux logistiques. L’offensive se solde, côté français, par 12 597 tués soit 21,5 % des pertes totales de la campagne de France (1 259 morts par jour). On est loin d’une offensive éclair sans combat. 

Les chars Guderian dans les Ardennes

Source de l’image : Im Westen, Panzer II und Panzer I, German Federal Archives, Bundesarchiv, Bild 101I-382-0248-33A / Böcker / CC-BY-SA 3.0 / CC BY-SA 3.0 DE (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/de/deed.en)

Du 21 mai au 5 juin, les combats se déroulent sur deux fronts, le principal c’est la bataille du Nord.

Il faut contenir l’ennemi. Une contre-offensive est tentée pour dégager les régiments pris au piège dans le Nord. Il s’agit de contre-attaquer en Artois à partir d’Arras vers Bapaume, Cambrai, et l’Aisne, mais c’est un échec. Le 24 mai, les Allemands prennent Boulogne-sur-Mer, le 26 mai Calais, et Lille tombe le 31 mai. Le 28 mai, la Belgique capitule et l’armée belge est faite prisonnière. 

Du 26 mai au 4 juin 1940, c’est l’opération dynamo qui a pour but d’évacuer les 500 000 soldats pris au piège. Au total, 338 226 soldats français et britanniques parviennent à sortir de la poche de Dunkerque. Les pertes sont très importantes.

Le second front a pour objectif de contenir l’avancée allemande vers Paris, sur la Somme et l’Aisne. Les combats sont intenses dans les Ardennes et près d’Amiens.

14 570 soldats sont tués durant cette période, dont près du tiers à Dunkerque. Un quart des soldats tués lors de la Campagne de France meurent au cours de cet épisode.

L’opération Dynamo (26 mai- 4 juin 1940)

Source de l’image : Dunkirk 26-29 May 1940, British troops line up on the beach at Dunkirk to await evacuation, Imperial War Museum, Unknown author / Public domain.

Du 5 au 11 juin, une ultime tentative pour endiguer l’avancée allemande est mise en place par le général Weygand qui établit une ligne de défense (la ligne Weygand) laquelle subit des attaques très meurtrières sur la Somme et l’Oise jusqu’au 7 juin. Les combats sont également intenses à l’est, car les Ardennes et la ligne Maginot résistent. C’est une période courte, mais très meurtrière, très visible sur la carte dynamique : 13 641 soldats meurent en 7 jours. C’est le moment le plus meurtrier de cette campagne marqués notamment d’importants massacres de Tirailleurs sénégalais.

Du 12 au 25 juin, c’est l’effondrement, la 7e armée abandonne Compiègne et se replie sur Paris. Le 12 juin, le 9e corps d’armée et ce qui reste de la 10e armée retranchée à Saint-Valéry-en-Caux se rendent aux forces allemandes. Le groupe d’armée n°3 se replie sur Orléans et le 14 juin les Allemands entrent dans Paris qui est déclarée ville ouverte depuis le 12.

Les combats de l’Est n’ont jamais cessé et les troupes restées sur la ligne Maginot résistent jusqu’au 25 juin, jour du cessez-le-feu. 17 794 soldats sont tués, soit 30 % des pertes de la Campagne de France. Ici aussi, on est très loin de l’image d’une déroute sans combat.

Tableau 1 – Périodisation et pertes par grandes périodes

Périodisation et pertesEffectifsPourcentagesPertes journalières
L’offensive allemande (10-20 mai)12 59721,51259,7
Contenir l’ennemi
(21 mai-4 juin)
14 57024,81040,7
Les dernières digues
(5 juin-11 juin)
13 64123,21948,7
L’effondrement
(12 juin-25 juin)
17 79430,31368,8
Inconnu790,1 
Ensemble58 6811001304
Données : SGA-Mémoire des hommes / Claude Dupuy

Pour citer cet article : Claude Dupuy et Paul Maneuvrier-Hervieu, 2020, « Chronologie des combats et des pertes », Les Soldats Oubliés, (année, mois, jour de consultation), consulté depuis http://mortsoublies.fr.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s